Touche pas à ma Plaine des Sables !

Publié le 26 Septembre 2008

Grâce à la mobilisation d'une partie de la population, une enquête publque a été ouverte sur l'opportunité de faire ou non des forages dans la Plaine des Sables  - haut lieu du tourisme Réunionnais et joyau géologique incontestable.
L'Association Citoyenne de Saint-Pierre se bat bec et ongles contre ce projet de forage et je les soutiens à fond ! Mais que peut une petite association (même avec 10500 signatures) face à la volonté aveugle d'une Région ? Que faut-il faire pour être écouté, et voire soyons fous, entendu ?
N'hésitez pas à aller lire l'analyse de l'association sur l'enquête actuelle.
Quand j'entends à la télévision des acteurs du tourisme réunionnais rêver de 4 étoiles qu'ils ne rempliront jamais, je me dis qu'il y a des baffes qui se perdent !
La Réunion ne sera jamais une destination de luxe pour touristes pleins aux as. Il n'y a pas assez de côtes baignables, et donc de plages privées pour ces messieurs-dames qui rêvent de cocotiers et de coktails - entre eux.
Les côtes les plus belles sont au Sud et à l'Est, et on ne peut que les regarder.
Le véritable joyau de La Réunion lui, est à l'intérieur, dans les terres, dans la diversité qu'il offre. Du désert minéral à la luxuriance de la forêt primaire, c'est cette diversité extrême sur 2512 km2 qui fait la particularité de cette île. Et qui a conduit un groupe de personnes motivées à monter un dossier pour inscrire La Réunion au patrimoine mondial de l'Unesco.
Ces forages - sans aucune garantie de résultat - compromettent les chances de ce dossier, qui à mon sens aurait aussi été une chance pour La Réunion - en terme de tourisme durable ! La Réunion est une destination chère qu'on se paierait plus facilement si on avait l'assurance de visiter un patrimoine mondial préservé. Au lieu de ça, on oblige l'exclusion d'une partie de ce patrimoine pour un projet qui - allez, je fais un pari - capotera de toute manière.
Supposons que les forages soient positifs. Ils vont la construire où leur usine géothermique, hein  ?
La Réunion va-telle inventer l'usine géothermique invisible et sans impact ? Pas d'aménagement d'accès ? Pas de personnel ?
Dans un site si fragile que la moindre trace de pas hors des chemins balisés est considérée comme une agression au milieu naturel susceptible d'être verbalisée. Une usine, ça ferait moins de dégâts que des marcheurs ? Allons, allons. Ces forages seraient une catastrophe pour la Plaine des Sables. Point.
A quand un grand concert avec les artistes Réunionnais sur le thème "Touche pas à ma Plaine des Sables" ?
 

Rédigé par Annie

Publié dans #La Réunion

Repost 0
Commenter cet article

Dragonmire 31/10/2008 11:02

Un forage à la Plaine des Sables!!!Ils font décidément n'importe quoi!Pourquoi toucher ce site naturel incomparable et fascinant? La bétise humaine. J'ai été à la Plaine des sables quand j'avais 12 ans,ça a du bien changer maintenant...Dommage!!!

Annie 31/10/2008 15:29


Tout dépend de quand vous avez eu 12 ans ;-)
Si j'ai bien compris, il y a eu avant et après la construction de la piste qui mène au Pas de Bellcombe. Moi j'ai toujours connu cete piste. Ca ne m'empêche pas de trouver la Plaine des Sables
paticulièrement belle et  lunaire. J'espère que ces forages n'auront pas lieux. Ils ne peuvent pas être sans conséquence. Qui pourrait croire un bobard pareil ? Mais le mutisme de la classe
politique Réunionnaise me fait craindre le pire ...


Anneuh ! 01/10/2008 07:00

Bonjour,Je prend le temps de découvrir qu'il ya plein de blog réunionnais, j'apprécie...Salutations cordiales de Saint Denis...

Annie 14/10/2008 10:50


Bonjour Anneuh ! Et merci de ta visite :-)


Guillaume 27/09/2008 23:39

Décidement, l'Homme cupide n'a de cesse de pondre des projets qui visent à détruire ce qui lui reste de nature et paysage vaguement vierges... Faut vraiment rester sans arrêt d'une extrême vigilance.En ce moment, c'est dans le parc national du Mercantour que pelleteuses et hélicoptère tracent une "autoroute" de randonnée... La géotermie est un concept louable en soi, mais je suis sûr qu'il existe des endroits moins sensibles à La Réunion pour aller chercher cette énergie dans le sous-sol.

Annie 28/09/2008 15:45


Bonjour Guillaume !


     Eh oui, moi non plus je ne vois rien d'autres que la cupidité pour expliquer cet entêtement aveugle de la Région. Effectivement, il y a une
alternative hors Parc National. Il y a une possibilité à Salazie. Mais ce projet est balayé de la main, paraitrait que la zone serait sujette à éboulis. Des éboulis à La Réunion ? Nan, incroyable
! Paraitrait aussi qu'il y a des cyclone. Gasp !
Blague mise à part : pourquoi dans ce cas ne pas déplacer l'usine dans un endroit sûr : on se croit capable de transporter l'energie de la Plaine des Sables dans le fond de la Rivière de l'Est,
alors à Salazie, on pourrait peut-être envisager aussi une petite délocalisation un peu moins importante et moins couteuse pour mettre l'unité de production à l'abri.
Le Fond de La Rivière de l'Est : une hérésie de plus. Et ils vont se rendre comment là-bas ? Par quel chemin ? Il vont foutre en l'air le petit morceau de forêt primaire qu'il y a entre le chemin
qui descend du gîte vers le fond ? Il est où le respect de laz biodiversité ?
Et puis question viabilité économique, on a le droit de sérieusement s'interroger sur le coût du kilowatt/h issu d'un tel montage technique (c'est ce qui me fait dire qu'au bout du compte le
projet finira par capoter, même si on fait les troutrous et que les résultats sont positifs).
Enfin faut voir la tronche de la construction discrête et sans conséquence qu'une fois terminée il ne restera aucune trace :



Photo reprise sur le site de l'association des citoyens de Saint de Saint-Pierre

Et je ne parle même pas du projet de logde au Pas de Bellecombe : n'importe quoi. On a le commité du tourisme le plus nul de France faut croire !
Je ne comprends pas que la qualité de Parc National ne protège pas de ces excès. Le Mercantour est censé aussi  être un espace protégé. Mais il est vrai qu'aujourd'hui, la Nature ne pèse
pas lourd face aux intérêts économiques et que leur défenseurs se font facilement enfumer par des promesses qui ne mangent pas de pain.
N'est-ce pas Monsieur Hulot ?