Silence, on coule !

Publié le 10 Novembre 2008

Imaginez une région Française dont les routes seraient bloquées depuis 5 jours, avec des stations essences à sec, des rayons de supermarché vides, des établissements scolaires fermés car le transport des élèves et la cantine ne peuvent y être assurés.  Imaginez un truc pareil près de chez vous, là bas en Métropole.
Supporteriez vous un silence des médias nationaux, alors que votre réserve de nourriture baisse et  que vous ne pouvez plus circuler quand le moindre retard d'un TGV est vécu comme une catastrophe nationale ?

A la Réunion en ce moment, il y a un grand mouvement d'humeur des transporteurs routiers. Ils réclament une baisse de 20 cts d'euro sur le carburant. Au départ, on les a montré du doigt : bouhou, les vilains égoïstes qui ne pensent qu'à eux-mêmes. Un grand merci à tous ceux qui ont voulu monter la population contre les routiers : aujourd'hui ils exigent cette baisse de 20 cts pour tous. Merci les gars, d'avoir rendu ce mouvement bien plus populaire qu'il n'aurait pu l'être.

Pensez, 5 jours qu'on ne circule plus comme on veut, et les micros trouvent encore des gens pour les  soutenir.
Fallait voir les reportages télé du jeudi, avec le mot "otage" toutes les 20 secondes. Arf, on se serait cru en Métrople un jour de grève des trains. Le lendemain, je sais pas, c'était différent. L'angle de vue avait changé, il y avait toujours de l'otage dans l'air, mais beaucoup moins. Faut dire qu'entre temps, 5cts de baisse sur le carburant ont été accordé pour tout le monde. Ceci peut sans doute epliquer cela.

Alors je ne sais pas si on va sortir de la crise aujourd'hui, mais je m'étonne que nos médias Métropolitains soiten plus enclins à perlerd'un chef cuisiner qui rend ses étoiles, plutôt qu'un mouvement social qui paralyse toute une région (même si elle n'est composée que d'un seul département ;-) )
Nous voici face à un grand vide.

Et pourtant de l'info, il y en a. Il y a même des dépêche AFP.
Mais pour comprendre ce silence, il faut pouvoir comparer :
- site de télévision privé (on ne parle quasiment que de ça)
- site de la télévision public (on n'en parle pas du tout sur la page d'accueil - alors quà l'antenne ça occupe au moins 80% du temps des JT)

Tant que j'y suis pour l'info :
- la radio RFO (en direct) - on ne parle que ça !
le Journal de L'ile (JIR) en ligne

Bon, je ne veux pas faire ma parano, mais globalement sont informés ceux qui savent déjà ! On ne va pas embêter ces pauvres Métropolitains avec des grèves ultrapériphériques. Si l'économie de l'île coule, bah c'est si loin.
Et ici on le sait : un évement qui ne passe pas au national, n'existe pas.
On l'a vu en 2003 : pas de mouvement contre la loi fillon, tant que la Métropole ne s'y est pas mise aussi.
On l'a vu aussi en 2006 : pas de crise du Chikungunya, tant que la Métropole n'en a pas parlé.
Donc circulez, ya rien avoir. "Ma ptite entreprise, ne connait pas la crise ..."

Rédigé par Annie

Publié dans #Humeur

Repost 0
Commenter cet article

Colombobine 11/11/2008 14:37

Eh bien effectivement, je n'étais pas au courant de cela!Si tu veux pour diffuser la nouvelle je vais en parler tout autour de moi, ca sera déjà ca lolMais les routes sont bloquées sur toute l'ile, ou juste sur une partie ?

Annie 11/11/2008 16:00


C'était sur toute l'ile, mais c'est terminé depuis hier sor. Ca a duré 5 jours, avec un net relâchement dimanche ;-)


B. 10/11/2008 21:21

J'espère cependant ne pas avoir perdu, un de mes rares lecteurs de longue date ... ;-) Il n'y a aucune crainte à avoir. ;-)C'est un autre point de vue. Pas un motif à se fâcher ou se déprendre. Et que je n'aurais pas développé à mon arrivée ici. Mais les années passant, la connaissance peu à peu d'entrepreneurs, des pratiques des membres des chambres consulaires et de leurs interlocuteurs politiques locaux, me font plus que douter de leurs discours. Le moins menteur, c'est difficile à croire, ce sera dans ce genre d'environnement, le préfet. Pourtant la parole de l'Etat ne vaut plus guère par les temps qui courent. Les discours des protagonistes se résument in fine à ce que ce soit quelqu'un d'autre qui paye qu'eux, l'Europe ou la métropole de préférence. Mais pas le réunionnais qui pèse économiquement. L'équilibre cse fera pour le reste par taxes indirectes payées par tous les consommateurs non-commerçants. Pour rester dans le domaine des transports, pour avoir vu les variations invraisemblables des tarifs entre transporteurs de personnes, toutes ces dernières années (on passe par ici commande de cars assez fréquemment), je suis persuadé que le prix du gas-oil, le même pour tous et donc, je le répète, n'entrainant aucune distorsion de concurrence entre eux - n'est qu'une façade pour cacher d'autres affaires structurelles ou concurrentielles celles-là.Je resterai lecteur, bien sûr... Quelle idée d'en douter !B.

Annie 11/11/2008 03:48



Eh bien tant mieux :-) Vous ne vous rendez pas compte vous : je me découvre un lecteur fidèle qui n'est pas de ma famille ... alors j'aimerai autant ne pas le faire
fuir ;-)
Moi ce que j'ai compris des 10 centimes accordés à tous, c'est que ce sont les Pétroliers qui les ont donnés. Donc l'Etat n'a joué qu'un rôle de négociateur via le Préfet. Je ne pense pas que les
Pétrolers soient particulièrement des philanthropes. Ils ne mettront pas le clé sous la porte après cet accord.
Par contre, je ne finirai jamais de m'étonner du silence de nos médias Métroplotains définitivement à la ramasse dès qu'il s'agit d'un DOM. Bon à leur décharge, aucune émeute, aucun mort, aucune
charge de CRS à montrer. Même les gens du Médef ont été étonnament muets, eux qui s'émeuvent si bruillamment d'habitude à chaque grève. Oui, un grand bravo  à tous pour ce silence si réussi,
cette négation d'une réalité qui apparemment vous indiffère tant. Il y a pas à dire, j'en reste baba !



B. 10/11/2008 19:07

Bonsoir,deux ou trois choses me tarabustent. Les professionnels du transport ne consomment pas le gas oil pour eux-mêmes puisqu'ils le facturent à leurs clients, soit entreprises soit particuliers. Et ils sont tous au même tarif d'achat du consommable; donc il n'y a pas de concurrence faussée comme ce serait le cas s'il y avait concurrence du frêt par voie maritime ou voie chemin de fer bénéficiant d'une baisse du coût de l'énergie ou de la fiscalité quand il y aurait mouvement inverse pour la route. Alors, à moins qu'il n'y ait une utilisation au noir ou au marron des camions - mais ceci n'existe pas sur l'île - comme cela est et a été pour le fuel des bateaux de pêche, une augmentation ou une baisse du coût devrait être parfaitement neutre puisque répercutée au même moment et à toutes les pompes, pour tous.Mais peut-être que les camionneurs ne savent pas négocier avec les donneurs d'ordres et inclure une part variable liée au carburant dans leurs contrats. Quand les carburants - et ce sera une tendance lourde sans aucun doute _ réaugmenteront, il faudra rappeler aux camionneurs qu'une répercution immédiate, à laquelle j'espère il n'auront pas l'outrecuidance de s'opposer, ne sera que la conséquence de leur inconséquence. Enfin le carburant bon marché n'incite pas à l'économiser, au contraire. Avec les conséquences catastrophiques que l'on sait mais ne veut pas voir. Alors louer la nature, la défense de la même, la préservation des espèces - y compris la nôtre qui ne le mérite pas tant que cela - et applaudir les camionneurs me semble assez peu compatible. Ces derniers, une fois passée la crise, sauront embrasser sur la bouche et à nouveau les responsables de la région, EUX AUSSI, très béton, asphalte et transport du tout.B. lecteur depuis longtemps...

Annie 10/11/2008 20:47


Bonsoir,

    Je n'ai pas la prétention de tout savoir sur le métier de transporteur, et encore moins quant à la répercussion exacte qu'il peuvent faire du prix leur carburant sur le prix du
vente de leur marchandise.
Il me semble quand même que dans le monde marchand, les équations ne sont pas forcément simples.
L'acheteur peut très bien imposer le prix d'achat au vendeur, c'est un rapport de forces, le plus puissant imposant sa loi à l'autre. Alors la part de son carburant qu'on fait payer au client, ça
dépend du client. Et parfois pour les garder, les clients, on ne peut se permettre une répercution simple et linéaire.
Moi j'ai vu du désespoir, enfin même pas, je l'ai entendu, c'était à la radio.  Et i m'a semblé qu'il n'était pas raisonnable de l'ignorer, le désespoir conduisant parfois à certaines
extrêmités.
L'affrontement à tout prix, l'humiliation à la Tacher pour ne rien donner, rien céder, ça ne fait pas un monde meilleurs.
Un carburant moins  cher, ça ne fait pas non plus un carburant bon marché, c'est loin d'être synonyme.
Applaudir l'obtention d'une baisse du prix du carburant, ce n'est pas applaudir le bétonnage et le manque de discernement dans le projets de langues d'asphaltes.
Et soutenir les routiers lorsqu'ils demandent quelques choses qui me semble juste ne me donne en aucun cas l'obligation de les soutenirs dans tout ce qu'ils feront à l'avenir.
Il me semble que cette baisse est profitable à tous, dans un moment de crise et d'un pouvoir d'achat chancelant pour bien des gens.
Si j'aime l'environnement, je n'abandonne pas l'humain. J'ai toujours espoir qu'il s'améliore. Peut-être que je manque totalement de réalisme, mais très franchement, je n'ai aucune prétention de
détenir aucune vérité que ce soit.
J'espère cependant ne pas avoir perdu, un de mes rares lecteurs de longue date ... ;-)


colette 10/11/2008 16:23

Coucou AnnieDéjà 19 h 15, pour toi, je viens d'écouter la radio RFO, effectivement cela discute dure.Voir la fin du tunnel, n'est peut-être pas pour demain.C'est vrai quand métropole il en parle pas beaucoup. Remarque ni de la misère humaine, des gens qui gracent à eux ne peuvent plus se soigner, se loger etc....Je vais mettre un petit mot sur mon blog. Mais les gens sont très indifférents et c'est ce qui fait leur force.BisesCoco

Annie 10/11/2008 20:48


Ah bon, ils en ont parlé en Métroploe ? Ca transpire pas dans la presse en ligne !
Bises ma Coco.