Vote électronique - Vote par internet

Publié le 20 Juillet 2006

Il y a quelques temps, je m'étonnais du peu de critiques relayées dans nos médias sur la fameuse machine à voter, utilisée lors des dernières élections cantonales et régionales de mars 2004 dans quelques villes pilotes.
Cet événement qui en tant qu'informaticienne me crispe au plus haut point semble indifférer gravement le citoyen lambda.
J'entends d'ici les objections : "mais de toute façon on n'y comprend rien". Ben oui, justement, c'est là que le bât blesse. On passe d'un système que tout le monde comprend et qui s'est amélioré au fil des ans pour rendre les fraudes de plus en plus difficiles à un système que seuls des experts sont capables d'auditer.
Avec une machine à voter : c'est la machine qui compte, et si elle fait des erreurs (qui dans son milieu professionnel n'a pas été victime des bugs d'un programme pourtant commercialisé très chers et dont on attendrait qu'il soit moins imparfait), ça passe à l'as. Qui peut vérifier ? Comment savoir ?
Un bug informatique n'est pas toujours détecté tout de suite, et si le résultat est vraissemblable, il devient dans le cas de la machine à voter indétectable. Donc a priori, on n'a aucune garantie que les résultats soient simplement justes.
D'autant qu'aucun système de ticket n'est chez nous mis en place. Pourquoi ? Ce système de ticket est décrit sur le site de recul-démocratique.org , mais je ne sais plus où exactement, tellement j'ai retourné ce site hyperintéressant dans tous les sens [Article retrouvé par Manu]. En gros, lorsque l'individu vote, un ticket est imprimé qu'il visionne à travers une petite fenêtre dans la machine, et puis le ticket s'en va rejoindre une urne.
La fiabilité des machines est ainsi vérifiable et pourra être verifié sur un échantillonage pris sur l'ensemble du territoire.
Par contre il reste encore à savoir que faire si le ticket affiché ne correspond pas au choix du votant.

Les auteurs de cet article de Rézo Citoyen relèvent 5 critères que doit respecter une élection :

-  transparence
-  confidentialité
-  anonymat
-  sincérité (le bulletin dans l’urne est-il celui que j’ai choisi ?)
-  unicité (un vote par personne)


Quid de la transparence d'un programme informatique dont le code est protégé par le secret industriel. Quid de la sincérité (voir les bugs) et toujours pour cause de bug quid de l'unicité : si je ne m'abuse dans tout mon butinage au sujet du vote électronique, j'ai lu un cas de votes comptés par une machine supérieur au nombre de votants. Bug flagrant !

On ne peut pas dire qu'on ne sait pas : le vote électronique a été testé dans divers pays, et on ne peut pas dire que dans l'ensemble ce soit une grande réussite. Certains pays comme l'Irlande font même marche arrière.

Pour ce qui est du vote internet, c'est encore pire. Le vote internet peut se faire de chez soi, ou de n'importe quel poste connecté au web. Plus d'isoloir. Donc le vote sous contrainte est rendu possible. Et ça c'est inacceptable. Pourquoi se rendre dans l'isoloir si c'est pour l'abandonner si facilement au non du "progès".

D'ailleurs, regardons un peu les pour et les contre relevé sur Wikipédia (vote internet):
Pour :

  • plus grande rapidité dans l'obtention des résultats,
  • économies financières en réduisant les coûts en papiers,
  • limitation de la quantité de personnel électoral nécessaire,
  • augmentation de la participation aux élections,
  • amélioration du fonctionnement démocratique,
  • plus besoin de se déplacer ou de faire des démarches pour déléguer son vote en cas d'absence durant les élections,
  • éviter la fraude,
  • modernité.
Pour ce qui est de la rapidité, le moins qu'on puisse dire c'est que dans les faits, ce n'est pas toujours vérifié.
Au niveau des économies, là, c'est carémment de la mauvaise foi : les équipements qui permettent de centraliser tout ça ne sont pas gratuits, c'est de l'électronique, il faut donc payer une maintenance pour une utilisation somme toute très dispersée dans le temps.
Quant à l'augmentation de la participation aux élections, cela reste un voeu pieux, et de toute manière en aucun cas une certitude.
L'amélioration du fonctionnement démocratique : on croit rêver, c'est tout le contraire. Le vote électronique ne permet même pas l'essentiel - que permet le vote traditionnel : la fiabilité, et la vérifiabilité via la possibilité de recomptage.
Eviter la fraude ? Ah oui ? Alors que quelques lignes de programmes suffisent à l'organiser sans qu'on ne se rende compte de rien !
Modernité : l'argument le plus tarte de toute la liste. On ne vote pas pour être moderne mais une vision de la démocratie. Cette vision demande certaines garanties que cette modernité là est incapable d'assurer.
Changer de système implique au moins de changer pour une qualité équivalente et non pas moindre. La rapidité des résultats à elle seule (de toute manière pas garantie) ne peut justifier qu'on s'assoit sur quelque chose d'aussi sensible par exemple que la fiabilité ou la confidentialité !

Contre :
  • Le contrôle échappe au grand public ("La justice et la neutralité dans le vote ne pourraient être garanties que par les entreprises fabriquant ou certifiant ces machines.")
  • Par sa dématérialisation, le vote est décontextualisé (moui bof)
  • Risque de pressions (internet) puisque plus d'isoloir

Pour conclure, comme Internet Actu je dirai que l'enjeu du vote par internet n'est pas informatique, mais démocratique.

Et pour ceux que cet article a assomé, voici un résumé simple du problème.

Amis électeurs, ne nous laissons pas faire : soyons exigeant avec notre démocratie et faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que ces procédures non fiables ne sous soient imposées.
De plus où s'est tenu le débat démocratique sur cette évolution de la procédure électorale ?
On n'est pas en train de choisir un traitement de texte-là, mais comment on veut que le vote démocratique soit garantie ! Restons vigilants !

Rédigé par Annie

Publié dans #Société

Repost 0
Commenter cet article

colette 21/08/2006 15:31

Bonjour ma chère Annie
Ca y est ils recommencent , ILS REMETTENT CA SUR LE TAPIS, l
Le député UMP des Vosges François Vannson relance le débat sur les nouvelles technologies "le vote par internet "tout cela en vue de FAIRE DU  BIDOUILLAGES ELECTORAUX ".
Non seulement ces votes ne sont pas fiables, les informaticiens le disent tous AUCUNE SECURITE ELECTRONIQUE TOTALE, n'est possible ! le gouvernement dit que cela fera des économies, mon oeil.
Si, cela venait à se faire par tout ca coûterait bonbon.
En tout état de cause restons vigilants, sinon ils vont encore faire passer, quelque chose de mauvais pour les ouvriers  !
Gros bisous
Coco
 
 

Annie 23/08/2006 18:47

Pfff, c'est marrant cet entêtement à vouloir nous vendre de la sécurité là où justement il y a une grande vulnérabilité. Le bidouillage invisible, ça doit être leur rêve. L'impunité, tout ça.  On a les ambitions qu'on peut ...

Moukatali 24/07/2006 13:50

Hello,
Alors voter sur le net, niet !!! Avec tout ce qu'il est possible de faire en terme de piratage, hors de question.
C'est comme les achats par cartes bancaires. Le meilleur des pare-feu et autres logiciels tiennent mais pour combien de temps. Il suffit que quelqu'un de la boîte où l'on fait ses achats ait accès à la base clients et tout le monde se fait avoir.
D'ailleurs pas besoin d'utiliser sa carte sur le net. Exemple récent, Courte-Paille dont les clients qui avaient payé par carte, sur place, à divers endroits de France, se sont retrouvés débité de 500€ (et ce, régulièrement) sur leur compte. L'escroquerie s'est faite de l'Espagne ou de la Roumanie.
Alors parlez-moi du vote sur le Net !!!
Moukatali
 

Annie 24/07/2006 15:13

Ca oui, le vote sur le net, c'est niet ! (beau slogan ;-) )Sinon, pour les achats par internet,  je dirais que le maillon faible est plus le service après vente : réactivité parfois très approchante du zéro absolu.On a payé, on n'a pas la marchandise, on attend, et on ne vous propose rien d'autre que des bon d'achat sur le site fautif !Même quand tout se passe bien (sur le plan sécurité informatique) ça va encore de travers ;-)Voir l'article "Déveine et jeux".Pour moi les achats par internet se limitent désormais à l'achat de billet de train ou d'avion.Pour les bouquins, les DVD et les jouets : je me déplace. Le net c'est terminé.

Pierre Muller 21/07/2006 12:28

Il y a bien eu un débat au parlement au sujet des machines à voter... mais c\\\'était en 1969 ! En effet, on a alors modifié le code électoral pour des machines qui n\\\'étaient pas informatiques à cette époque. En 2003, quelques adaptations ont été faites par voie réglementaire.Pour faire un vote électronique sécurisé, le consensus scientifique (ACM, Resolution on Electronic Voting)  est, que dans l\\\'état actuel de nos connaissances, il faut ce système de ticket. Comme le ticket doit être vérifié physiquement par l\\\'électeur, ce concept ne fonctionne qu\\\'avec des machines à voter isolées dans un bureau de vote : cela ne s\\\'applique donc pas au vote par internet.Il faut garder à l\\\'esprit que mettre en pratique ces tickets, est plus compliqué qu\\\'il n\\\'y parait. Même aux USA, où dépouiller manuellement serait très lourd, parce qu\\\'il y 15 ou 20 élections simultanées, la solution préférée est un système de scanner de véritables bulletins papier.Il y a plusieurs analogies intéressantes : par exemple le vote électronique, c\\\'est comme si on faisait une élection de façon traditionnelle avec des bulletins, et qu\\\'au moment du dépouillement, une entreprise privée venait chercher les urnes pour les compter dans le secret de ses murs.Cela dit, il ne faut pas se focaliser sur l\\\'aspect "entreprise". Ce ne serait pas plus satisfaisant si c\\\'était des fonctionnaires assermentés.Concernant le prestidigitateur, si il voulait manipuler plusieurs bureaux de vote, il devrait s\\\'y rendre physiquement. Le système de vote actuel a un contrôle réparti entre des centaines de milliers de personnes, dispersées géographiquement, et manipulant des objets physiques. Cela limite naturellement la portée de toute fraude.Voici une autre analogie : votre facteur ouvre peut-être votre courrier à la vapeur, pour le lire à votre insu. Ce serait désagréable, mais ce ne serait que quelques lettres à un endroit précis. L\\\'équivalent électronique est un ordinateur qui analyse les emails de tout le monde. Rien de bien irréaliste, non ?
Pierre Muller, webmestre de http://www.recul-democratique.org
[Citoyens et informaticiens pour un vote vérifié par l'électeur]

Annie 21/07/2006 14:37

1969 ! Mon seul souvenir daté avec certitude de cette année-là, ce sont mes parents hypnotisés par des bibendums tout en blanc sur fond noir bougeant bizarrement sur notre écran de télévision. On venait de marcher sur la lune, et à 5 ans la portée de la chose m'avait totalement échappé. J'ai trouvé ça très ennuyeux.Quelques années plus tard, j'étais scotchée à mon poste de radio lorsque Columbia est revenue sur terre pour la première fois. On évolue :-)Pour en revenir à nos moutons, j'aime bien votre analogie de la vapeur et du facteur : ça rend bien compte de la dimension de la chose :  on passe de de l'anecdotique au systèmatique avec l'électronique. Merci de votre passage instructif. Et vous autres, n'hésitez pas à aller vous plonger dans le site de Pierre Muller.

Manu M. 20/07/2006 20:14

En parlant de bug, Annie ça serait bien que tu rectifies le lien censé renvoyer vers le site de recul-democratique.org.D'ailleurs, la page que tu recherchais est certainement celle-là :http://www.recul-democratique.org/article.php3?id_article=12Personnellement je ne suis pas contre le principe de la machine à voter électronique mais je suis opposé au vote par internet : la démarche qui consiste à se déplacer pour accomplir cet acte démocratique doit rester essentielle et libre.Il doit certainement exister un moyen de rendre le vote électronique aussi fiable que peut l'être l'actuel vote papier (un prestidigitateur peut très bien glisser plusieurs enveloppes dans une urne, non ? ;-)

Annie 20/07/2006 20:37

Bug corrigé Msieur Manu ! :-)Oui l'article dont je parlais, c'est tout à fait celui-là !Soyons clairs : moi non plus je ne suis pas contre l'utilisation d'une machine à voter, à condition que sont fonctionnement soit celui décrit dans cet article, qui permet une vérification des bulletins, et par le votant, et par les assesseurs, le cas échéant. C'est cette absence, aujourd'hui de vérifiabilité dans le système utilisé en France qui le rend suspect.Quant au vote par internet : ce sera niet pour toujours, à cause de cette bête histoire de vote libre ;-) (sans isoloir la liberté peut manquer).Et pour ce qui concerne votre prestidigitateur, mon cher Manu, s'il met deux enveloppes dans l'urne au lieu d'une, cela se traduira par le fait que le nombre d'enveloppes ne correspondra pas au nombre de votants ayant émargé. Certes on ne saura pas qui a fraudé, mais la fraude sera facilement détectée ;-)

colette 20/07/2006 18:16

Bonjour ninie
J'y suis allée, oui c'est très important de donner son avis.
Bravo, et je vais mettre un article dans mon blog, c'est hyper grave ne nous laissons pas faire.
Bisous
Colette