Nintendrogue : la fin d'une addiction ?

Publié le 21 Décembre 2011

P1050824.JPGSouvenez-vous, ou allez jeter un oeil si vous n'avez jamais lu, c'était en 2007. Je découvrais les joies du jeu vidéo au travers de deux nouvelles consoles, l'une de poche qui utilisait un stylet et l'autre de télévision avec une manette détectrice de mouvement.

Force est de constaté des années après, que le soufflet est retombé. Nous ne jouons quasiment plus à la Wii, car il faut allumer la télé. Le seul jeu qui m'a vraiment botté sur cette console (hors Mario Party 8) a été "Another Code R". J'adore ce style de jeu à énigme, à essayer de trouver comment progresser, sans se faire massacrer ! Or on ne peut pas dire que ce style de jeu a foisonné sur cette console. On reste dans le  créneau jeux de plateau et jeux de sport. D'ailleurs, juste avant de reprendre le sport pour de vrai j'ai aussi eu ma période Wii Fit, que j'ai quand même bien plus utilisé que mon vélo d'appartement. Sauf que pour faire les exercices ça demande parfois de la place et mon salon est tout petit. Obligée de virer le canapé pour certains mouvements. Autant dire que ça a un peu refroidi mon enthousiasme. J'ai concentré mes efforts sur mes activités à la salle de sport.

Coté DS - la console de poche - j'ai régulièrement des jeux qui m'intéressent, comme la série des Phoenix Wright  puis Apollo Justice - carrément géniale, malheureusement interrompue. J''ai enquêté avec les Experts (un peu long) et avec The Last Window, Je suis également de tous les épisodes du Professeur Layton, mais ça finit par tourner en rond et être de moins en moins intéressant, contrairement à la série Attorney Justice qui elle s'améliorait d'épisode en épisode.

Pour courroner le tout, j'ai pas du tout accroché au dernier Zelda Spirit of Track. Trop d'investissement dans Phantom Hourglass sans doute, pour se laisser enquiquiner par une histoire d'aiguillage.

Bref, une odeur de placard guettait de plus en plus ma petite console, faute de régularité dans ma tranche d'intérêt.

 

Puis on a annoncé, la Nintendo 3DS. La 3D sans lunette. Alors là, je me suis faite attraper comme une mouche sur du miel. Bluffée par ce que j'avais pu voir en démo. Ouah, respect ! Sauf qu'à l'époque il n'y avait pas beaucoup de jeux. Je me suis fait la main, avec quelques minijeux débiles et j'ai attendu le blockbuster de l'année 2011 sur 3DS, j'ai nommé Zelda  : Ocarina Of Time. La première deception, c'est quand même, que pour les accrocs du stylet comme moi, c'est terminé. Faut se mettre au joystick, puisque la surface de jeu n'est plus sur l'écran tactile mais sur l'écran supérieur, le seul à être 3D. Mais bon, je me suis dit pourquoi pas ? Ben finalement parce que : je suis une handicappée du joystick ! Je ne maîtrise pas mes trajectoires, je n'arrive pas à me souvenir des combinaisons de touche pour obtenir les effets voulus lors des combats. En bref, je suis une véritable quiche, lente et maladroite ! Bonjour l'image de soi qu'on se cogne après s'être vautré dans les donjons parce qu'on s'emmêle les pinceaux dans les boutons ! Il n'y a pas à dire, ça entame un peu le plaisir qu'on peut avoir à jouer et passer les niveaux. Comprendre ce qu'il faut faire, savoir comment, et ne pas y arriver parce qu'on ne maîtrise pas ses trajectoires avec le bouton.

Mais s'il n'y avait que ça : il y a aussi le mal de crâne. Jouer en 3D, ça prend la tête littéralement. Au début, je tenais à peine 20 mn. Maintenant j'arrive  jouer une heure, parce que j'ai trouvé comment me caler pour que la console ne bouge pas et garder une image nette (sinon je vous raconte pas l'horreur des dessins tout décalés, c'est tellement flou qu'on voit plus rien). Dans les premiers temps, je jouais avec ma 3DS en retirant la 3D (on peut). Couillon non ?

Et effet secondaire non négligeable : l'énervement, du à la concentration accrue que ce style de jeu demande. La 3DS, c'est comme le café, tu y joues trop tard dans la journée : c'est cuit,  tu peux plus t'endormir ! Et ça me mettait en plus les nerf en boule. J'étais devenue irritable, imbuvable. J'ai tout arrêté, pour retrouver un peu de sérénité.

 

A l'occasion des vacances, j'ai repris pour voir. Je gère mieux, d'autant plus que j'ai le nombre d'heure de sommeil qu'il faut. Hier soir j'ai joué tard et j'ai pu quand même m'endormir. Je suppose que sans le stress du boulot, on gère mieux le "stress" du jeux. Ou alors je me suis habituée. Quelque part, c'est un constat terrible ! J'ai quand même du faire faire un boss, pourtant pas compliqué "Bongo bongo" par mon cher et tendre. Car quand au bout d'une dizaine d'essais, tu n'as réussi à toucher le méchant qu'une seule fois avec ton épée, et que c'est par pure maladresse (tu touches les deux mains facile, mais tu te fais toujours avoir de la même manière, même avec ta magie par le machin qui avance au milieu), il faut passer à autre chose ! Le boss suivant, j'y suis arrivée. Pas de bloquage cette fois-là. Et maintenant, j'en suis à la phase finale du jeux..

Je vais bientôt m'attaquer au méchant Ganondorf, dans son chateau que je viens de libérer de tous les maléfices. J'ai déjà essayé. Je ne suis pas douée pour le ping pong, mais celui-là est un boss atteignable pour moi. J'y arriverai. Un boss de Zelda, pour moi, c'est de toute manière au moins trois essais .

 

Toujours est-il que je me pose la question sur mon avenir avec ma 3DS. Une expérience qui aurait du se révéler ludique a tourné au traumatisme - même si c'est en voie d'amélioration. Et si on prend en considération que Nintendo s'est permi aussi de changer le format des cartouches et donc que pour les anciens jeux, ben t'as intérêt à avoir gardé ton ancienne console, c'est limite l'arnaque ...

En conclusion, cette 3DS est une vraie déception. L'offre s'étoffe, mais je n'aime vraiment pas le jeu au joystick et combinaison de touches. Et quand il s'agit de jeu, on a quand même le choix des armes. Aucune raison de jouer avec un truc qui te fait carrément ch...

Rédigé par Annie

Publié dans #Jeux vidéos

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article